En Province

29 mai 2017

Le luxe et Paris

Le marché mondial du luxe est composé de 4 segments majeurs : les parfums et cosmétiques, la joaillerie – horlogerie, la mode, les accessoires et la maroquinerie. Ce marché est en forte croissance depuis les années 2000, le marché étant passé de €128 Mds en 2000 à € 212 Mds en 2012, soit une hausse globale de +66 % en 12 ans. La croissance du marché a d'ailleurs connu une accélération significative à partir du milieu des années 2000, avec une croissance annuelle moyenne de +5,4 % entre 2005 et 2012, malgré les crises de 2007 et 2009. La croissance du marché du luxe est tirée par le développement des marchés émergents, la plus forte pénétration des marques sur le segment de la joaillerie, le développement de l'offre notamment en accessoires et maroquinerie (plus de marques et d'innovations), un effet prix lié à l'augmentation du prix des matières premières, un effet mix-produit tiré par les produits premiums et l'essor du marché masculin. Le marché mondial du luxe devrait ainsi croître de +7 % par an entre 2010 et 2015, principalement tiré par la maroquinerie et l'horlogerie/joaillerie. Sur ce marché, Paris occupe une place de leader. En effet les groupes de luxe parisiens représentent près de la moitié du chiffre d'affaires réalisé par les grands groupes mondiaux du luxe, et l'Ile-de-France compte 7 des 21 plus gros acteurs mondiaux du secteur du luxe. L’industrie du luxe parisienne dispose de nombreux atouts lui permettant de conforter sa position dominante. Le premier est un savoir-faire artisanal reconnu mondialement, qui permet à Paris de conforter son statut de leader historique sur ce marché. Le second, conséquence du premier, est un patrimoine et une image très forte, qui font de la marque "Paris" une référence absolue dans le secteur du luxe. Ces avantages historiques continuent de porter du fruit puisque les groupes français du luxe sont très bien positionnés en termes de chiffre d'affaires, de croissance et de marge opérationnelle. Les 7 leaders franciliens réalisent un chiffre d'affaires cumulé de près de €50 Mds, représentant environ 45 % du chiffre d'affaires des 21 plus grands groupes de luxe mondiaux. LVMH est d'ailleurs le leader incontesté du marché, réalisant à lui seul un chiffre d'affaires de €28,1 Mds.

Posté par enprovince à 16:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 mai 2017

Découvrir l'Andorrehttp://www.voyagegroupe.fr/destinations/voyage-groupe-europe/voyage-groupe-andorre/

Pendant des années, j'ai rejeté l'idée de voyager en groupe. Mais ces derniers temps, je m'y essaye. Tout récemment, j'ai ainsi réalisé un voyage de groupe à Andorre lors d'un voyage de groupe. Voyager de son côté ou en groupe, ce sont deux expériences très différentes, et chacune d'entre elles a ses atouts et désavantages. Lorsqu'on voyage seul, ce qui est le plus prodigieux, c'est la facilité avec laquelle on peut faire connaissance avec les autochtones. Il est plus facile de faire connaissance avec eux, et cela donne presque toujours de faire de belles rencontres, qui vous font dire que l'homme n'est pas toujours un loup pour l'homme. Bien entendu, ça s'accompagne souvent d'angoisses. Parce que quand vous vous retrouvez seul en terre étrangère, au milieu de personnes qui ont une culture très différente, on est pressé de retourner chez soi. Cela dit, ça permet d'apprendre à se débrouiller, et l'on en revient avec plus d'assurance. Le voyage de groupe offre une expérience radicalement différente. C'est nettement plus paisible, puisque c'est une agence qui se préoccupe de l'hébergement et des visites : on n'a donc qu'à profiter de l'expérience. Néanmoins, je crois que c'est surtout l'ambiance qu'on y trouve et le sentiment de faire partie d'un groupe. C'est une expérience un peu compliquée à décrire à quelqu'un qui n'a jamais voyagé avec ses semblables. Le seul fait de vivre en communauté pendant plusieurs jours engendre une alchimie très spéciale et résolument inoubliable. Evidemment, il y a des personnes qu'on n'apprécie pas, et le fait de devoir supporter leur compagnie vous donne envie de les jeter par la fenêtre du bus. Mais l'inverse est aussi vrai, et l'on fait aussi de belles rencontres. Les liens qu'on crée durant le voyage durent rarement une fois chez soi (quoique ma femme et moi correspondons encore beaucoup avec un couple rencontré lors d'un voyage), mais cela fait partie des règles du jeu. Ce qui importe, au final, c'est d'avoir pu profiter de ce moment de connivence, même si ce n'était que pour quelques jours. Je vous mets en lien l'agence où j'ai déniché mon voyage de groupe : le programme permet de bien explorer Andorre est une excellente destination.Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du blog sur ce voyage groupe à Andorre qui est très bien fait sur ce sujet.

Posté par enprovince à 13:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 avril 2017

Ciao, la « Mob » des Italiens

La jeunesse française avait la Mobylette ou le Peugeot 103 (104 aussi, à la rigueur…). La jeunesse italienne, elle, chevauchait un Ciao. Lancé par Piaggio il y a cinquante ans, ce vélomoteur a rempli de l’autre côté des Alpes la même fonction que chez nous : permettre aux adolescents des années 1970 et 1980 de concrétiser leurs velléités d’autonomie. Mais avec des spécificités qui en faisaient un engin très italien. Le Ciao – en voila, un nom qui claque ! – est présenté le 11 octobre 1967 sous la grande coupole du palais des sports de la Foire maritime de Gênes par Umberto Agnelli. Frère cadet de l’Avvocato Giovanni Agnelli qui préside aux destinées du groupe Fiat, il dirige depuis deux ans la société Piaggio, grand spécialiste du deux-roues à l’italienne, autrement dit, de la Vespa. Un cortège exclusivement féminin défile sur la piste installée pour l’occasion. A la manière de celui qui avait été organisé dix ans plus tôt avec des mannequins debout à bord de la toute nouvelle Fiat 500 pour saluer la foule. Le Ciao, pourtant, n’a rien à voir avec un scooter. C’est un cyclomoteur de 49 cc, donc utilisable dès 14 ans, destiné à motoriser toute la famille jusque dans l’Italie profonde, là où la route n’est pas forcément goudronnée. Moins cher, moins lourd et plus stable grâce à ses grandes roues que le scooter mais pas très puissant, il convient aussi aux urbains. Ses performances se situent à mi-chemin entre le Solex et la Mobylette. Son concept aussi. La petite pétrolette de Piaggio a droit à un monocylindre de 49,9 cm3 mais celui-ci est anémique quoique certains le soumettent à une cure de gonflette. C’est bien suffisant pour convenir à la partie cycle qui fait dans le poids-plume. Pas cher, l’engin présente une première série équipée d’un frein de bicyclette à l’étrier. Suivra un embourgeoisement grandissant avec le Ciao P (sans amortisseur à l’arrière), puis le Ciao PX (avec un amortisseur sous le porte-bagages) et le Ciaomix (avec graissage d’huile séparé). Le pétaradant petit Piaggio met à profit sa légèreté pour permettre aux citadins de slalomer dans les rues étroites du centro città et, surtout, aux adolescents de conquérir leur indépendance. Avec un Piaggio, on peut sortir le soir et monter à deux, malgré la selle monoplace. A l’approche de ses 14 ans, on commence à en réclamer un aux parents. Air connu… Accessible, économique et facile à piloter (soit on ferme les gaz parce que l’on est à l’arrêt, soit on « dévisse » la poignée droite pour aller tangenter les 40 km/h), le Ciao a aussi été conçu pour les filles. Elles vont rapidement se l’approprier et largement contribuer au succès de ce petit cyclomoteur qui sera produit à plus de 3,5 millions d’exemplaires entre 1967 et 2006. Dont une version utilitaire Ape (« Abeille »)à destination des coursiers ou artisans,équipée de deux roues arrière portant une remorque. En France, le Ciao est parvenu à se faire une petite place entre les gammes Motobécane et Peugeot. On le trouve davantage au sud de la Loire qu’au nord et son allure fluette ne plaît pas forcément aux garçons de ces années-là qui ne le trouvent pas assez viril. Comme en Italie, ce sont surtout les filles qui adoptent le Piaggio. Elles se moquent bien de l’absence de compteur de vitesses et que le Piaggio fasse moins « moto » que les Mobylettes ou les Peugeot. Ce qu’elles aiment, c’est le joli petit phare haut perché et la position de conduite reposante. Finalement vaincu par le retour du scooter dans les années 1980, le petit Piaggio a laissé un legs derrière lui. Il est sans doute à l’origine du penchant particulier des Italiens pour les scooters à grandes roues.

Posté par enprovince à 10:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avril 2017

Haut vol

Si j'ai déjà réalisé de nombreuses activités étonnantes au cours de ma vie, l'une d'elles manquait encore à mon palmarès : effectuer un vol en avion de chasse. Une erreur que j'ai finalement réparée hier. L'aventure a eu lieu à l'aéroclub de Rennes, où je me suis présenté vers 10 h. J'avais eu du mal à m'endormir la veille au soir en pensant à ce qui m'attendait. Après qu'on m'ait expliqué le fonctionnement de l'appareil ainsi que les procédures de sécurité, j'ai pu enfiler mon uniforme de vol avant de me rendre sur le tarmac. C'est là que le Fouga patientait. L'appareil revenait justement d'un vol. En m'approchant de l'appareil, j'ai donc croisé le précédent baptisé... qui était blanc comme un linge. Je lui ai demandé comment ça s'était passé et il m'a répondu qu'il avait eu droit au voile noir et avait perdu connaissance pendant quelques secondes. Pas rassurant, ça ! C'est donc l'estomac noué que j'ai grimpé dans le cockpit et me suis attaché à mon siège. Après toute une série de check-lists, on est enfin parti. Je pensais être plaqué contre mon siège au moment du décollage, mais l'accélération est en réalité très régulière. Au début, j'ai surtout été frappé par la sensation de puissance que dégage l'appareil : celui-ci ne tangue pas malgré le vent. Nous avons attaqué avec un petit vol d'initiation, avant de poursuivre avec un vol à basse altitude. Enfin, le pilote m'a informé qu'on allait commencer la voltige. Et là, ça a été un choc. J'avais lu beaucoup de choses sur le sujet, mais il y a une différence entre savoir et ressentir. On a commencé par un petit huit. J'ai aussitôt pesé trois fois mon poids. J'ai essayé de lever le bras mais on aurait dit que j'avais un gant en plomb. J'avais l'impression que mes joues tombaient, comme si on tirait dessus. A la sortie du huit, le pilote m'a demandé si je voulais continuer. Et comment que je voulais ! Le pilote s'est alors mis à enchaîner les figures. Elles se suivaient à toute allure : breaks, looping, vol dos, tonneaux... Tout y passait. Durant les brefs moments d'accalmie entre les enchaînements, j'essayais de retrouver mes repères, mais tout allait trop vite. Le pilote me demandait constamment si j'étais encore conscient, et je répondais chaque fois par l'affirmative. Parce qu'en dépit des acrobaties qui allaient croissant, je me sentais parfaitement bien. Pas de voile noir en vue, pas de vertige. Curieusement, c'est une fois la voltige terminée que j'ai fini par me sentir nauséeux. En fin de compte, j'ai rempli le petit sac livré en début de vol. Mais hormis cette note finale, je ne regrette pas du tout cette aventure extraordinaire ! Suivez le lien pour tout savoir sur ce vol en Fouga Magister.

Posté par enprovince à 13:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mars 2017

Le Sénat renforce les obligations comptables des partis politiques

Le Sénat a adopté mercredi une proposition de loi destinée à renforcer les obligations comptables des partis politiques et des candidats aux élections, afin de renforcer la transparence de leurs financements. Le texte déposé par le groupe PS a été voté par l'ensemble des sénateurs, à l'exception de ceux du groupe Communiste républicain et citoyen (CRC) qui se sont abstenus. "Cette proposition de loi s'origine dans l'emprunt russe contracté par le Front national, révélé par la presse, contesté par le parti avant d'être reconnu par lui", a déclaré Alain Anziani (PS) en présentant le texte. "Il n'était d'ailleurs pas illégal, mais il pose la question de la transparence du financement des partis politiques", a-t-il poursuivi en rappelant que ce texte ne traite pas de l'élection présidentielle, "qui nécessiterait une loi organique". Le texte reprend une disposition de la loi Sapin 2 censurées par le Conseil constitutionnel parce qu'elle n'avait pas de lien avec le projet de loi initial. Il crée l'obligation aux candidats d'indiquer les montants des emprunts souscrits et les identités des prêteurs dans les comptes de campagne pour l'ensemble des élections, sauf l'élection présidentielle. La proposition de loi complète aussi les obligations faites aux partis politiques. Les montants, conditions, traçabilité des emprunts, ainsi que l'identité des prêteurs, devront obligatoirement figurer, chaque année, en annexe de leurs comptes certifiés. La Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) rendra public l'ensemble de ces informations "Ce n'est pas qu'une question de transparence, mais aussi d'indépendance", a plaidé Jean-Yves Leconte (PS, Français de l'étranger) au sujet de l'emprunt russe du FN. Il a raconté qu'en avril 2014, à Moscou, des parlementaires russes lui ont expliqué "que si Marine Le Pen était reçue les bras ouverts en Russie, c'est que l'Union européenne agissait contre les intérêts de leur pays, et que Marine Le Pen voulait la fin de l'Union européenne...". "Nous ne pouvons cautionner un coup d'épée dans l'eau", a en revanche lancé Eliane Assassi (CRC) en qualifiant le texte "d'opportunité". "Peut-il prétendre répondre à la grande attente de refondation de la vie politique exprimée par nos concitoyens, alors que leur confiance est fortement atteinte par la polémique provoquée par les malversations supposées de l'un des candidats à la présidentielle, et non des moindres'", a-t-elle demandé. Le projet de loi doit être examiné le 16 février par les députés. En cas de vote conforme, son adoption sera définitive.

Posté par enprovince à 11:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]


30 janvier 2017

Barcelone à l'heure indépendante ?

Les critiques officielles du gouvernement espagnol ciblent le manque de communication entre la Gêner alitât et le gouvernement de Madrid, mais également le fait que cet accord ait été signé avec un État souverain. Le gouvernement espagnol critiquera de même le contenu de l'entente. Francisco Pena, du ministère de l'Administration publique déclare : « Ils [les autorités catalanes] auraient dû faire plus attention avant de signer un engagement avec Israël sur la recherche de débouchés sur le marché européen dans le secteur de l'horticulture, sachant qu'Israël est un des plus grands compétiteurs de l'Espagne en ce qui concerne le marché des citrons89. » La Generalitat contestera les accusations émises par le gouvernement espagnol. Selon Mirô i Ardèvol, le contenu de l'accord de coopération avec Israël n'explique pas le courroux du gouvernement espagnol. Cet accord de coopération s'apparente à ceux déjà signés avec des pays souverains comme le Japon, la Suisse, la France et l'Italie. La raison se trouve ailleurs. M.Ardèvol estime que le gouvernement remet à l'avant-scène un accord de coopération vieux de 18 mois afin de justifier un plus grand contrôle sur les régions. Il accuse en outre le gouvernement espagnol de mal interpréter les faits. Il écrit : « En se basant sur ce type de critère d'interprétation, il est logique qu'une lettre d'intentions devienne un accord de coopération90. » Ce type d'incidents permettra au gouvernement espagnol de menacer les communautés autonomes de l'imposition d'un plus grand contrôle sur leurs activités extérieures. Une proposition sera faite par Joaquin Almunia, le ministre espagnol de l'Administration publique, pour obliger les communautés autonomes à demander la permission à l'État central avant de négocier des accords et avant l'ouverture de représentations à l'étranger. Joaquin Almunia croit que la compétence des relations internationales appartient à l'État espagnol. Dans ce cas, ce qui est d'après lui nécessaire, c'est l'élaboration de règles claires et précises. Retrouvez le détail sur séminaire Barcelone.

Posté par enprovince à 10:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 janvier 2017

L'énigme Trump

Certains Américains jugent que les petits candidats ont coûté l'élection à Clinton, tout comme certains dirigeants français qualifient le débat à gauche d'«enfantillages». Une bonne façon de s'exonérer de ses propres faiblesses. À toute chose malheur est bon: la victoire de Donald Trump à au moins permis à Jean-Christophe Cambadélis de lancer un appel à l'unité en vue de la présidentielle 2017, à un mois de l'annonce par François Hollande d'une probable candidature à un second mandat. «La gauche est prévenue! Continuons nos enfantillages irresponsables et ça sera Marine Le Pen», a averti le premier secrétaire du PS. L'agence Reuters souligne qu'«un proche de François Hollande expliquait quelques jours avant l'élection américaine qu'une victoire de Donald Trump serait politiquement favorable non seulement à Marine Le Pen mais peut-être également à la gauche, qui serait ainsi poussée à resserrer les rangs». Le secrétaire d'État Jean-Vincent Placé estime que «la gauche, les écologistes, les démocrates, les progressistes doivent se rassembler». Jean-Christophe Cambadélis, Lena Dunham, même combat? Aux États-Unis, les «enfantillages irresponsables» ont aujourd'hui, aux yeux d'un certain nombre d'électeurs démocrates, les noms du candidat libertarien Gary Johnson (3,2%) et de l'écologiste Jill Green (1%). Avant l'élection, la créatrice de la série Girls comparait le fait de voter pour Stein à coucher avec une personne déjà en couple. «Si vous avez voté pour un candidat d'un parti tiers en 2016, félicitations! Vous avez joué un rôle majeur, si ce n'est décisif, en aidant Donald Trump à devenir le prochain président des États-Unis», enrage mercredi le site Policy Mic, tandis que Jezebel résume son état d'esprit d'un franc et direct «Va te faire foutre, Gary Johnson». Clinton «nadérisée»? L'argument semble séduisant, y compris dans le parallèle français. En recueillant plus de 4% alors que Clinton et Trump ont fini au coude-à-coude dans le vote national et dans de nombreux swing states, Johnson et Stein auraient «nadérisé» la candidate démocrate, comme, en 2000, Ralph Nader aurait coûté la Maison-Blanche à Al Gore. Une défaite restée gravée dans les mémoires, y compris en France, où elle avait été suivie un an et demi plus tard par le 21 avril 2002. Séduisant, mais factuellement et politiquement faible. Avant le scrutin, le Washington Post notait qu'inclure ou non Johnson et Stein dans les sondages ne dégradait ni n'améliorait la position de Clinton. Selon un sondage sortie des urnes de CNN, un quart des électeurs de chacun des deux candidats affirment que, s'ils n'avaient pas été présents, ils auraient voté Clinton; 15% qu'ils auraient voté Trump; le reste, qu'ils seraient restés chez eux. Or, si un report de l'équivalent de 10% des électeurs de Johnson et Stein aurait fait basculer le Michigan (13.000 voix d'écart, 220.000 pour les deux candidats), les chiffres sont beaucoup moins concluants en Floride, dans le Wisconsin et en Pennsylvanie, où les voix des deux candidats ne représentent que deux à cinq fois l'écart final. Or, Clinton avait besoin de gagner la Floride, ou de gagner le Wisconsin et la Pennsylvanie. En 1992, le parti républicain avait accusé le milliardaire Ross Perot d'avoir coûté sa réélection à George H. W. Bush –c'était faux. Concernant Ralph Nader et Al Gore, le jury délibère toujours, seize ans après, sur la défaite du Démocrate de 537 voix en Floride: s'il est évident que 600 transfuges de Nader auraient suffi à placer Gore en tête, des études avaient montré que le vice-président avait surtout échoué à mobiliser plusieurs dizaines de milliers de Démocrates de Floride, qui avaient voté Bush. Politiquement, l'argument n'est pas plus convaincant. S'il y avait un candidat que les divisions auraient dû vraiment affaiblir, c'est Donald Trump, pas Hillary Clinton: le milliardaire est tellement méprisé par une partie du parti qui lui a accordé l'investiture que les deux anciens présidents Bush ont refusé de voter pour lui, ainsi que plusieurs élus de premier plan. Les deux «petits» candidats, eux, étaient tellement menaçants que, déjà présents en 2012, ils avaient recueilli moitié moins de voix face à Barack Obama et Mitt Romney. Gary Johnson s'est ridiculisé à la télévision en avouant qu'il ne savait pas ce qu'était Alep et son vice-président Bill Weld avait quasiment fini sa campagne en appelant à voter Clinton. Jill Stein, elle, a mené une campagne si peu convaincante que le Huffington Post a jugé qu'elle méritait «d'être une note de bas de page» de cette élection présidentielle et que nos confrères de Slate.com ont estimé que la gauche radicale s'était trouvée «un porte-drapeau absolument terrible». Comme l'affirmait mercredi un dirigeant du parti républicain à la presse, ce n'est par ailleurs pas tant Trump qui a atteint ses objectifs de mobilisation que Clinton qui a eu du mal à mobiliser son électorat, à l'exception peut-être de la Floride. (Des chiffres qui posent, au passage, la question d'une stratégie de découragement du vote par les Républicains).

Posté par enprovince à 13:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

S'isoler

lofoten

Posté par enprovince à 13:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 novembre 2016

Mon vol en apesanteur... pour 4900 euros!

N'étant pas Dennis Tito, je ne pourrai probablement jamais voir la rotondité de notre belle planète. Cette expérience-là restera réservée aux plus aisés que moi. Pour autant, j'ai quand même pu vivre dernièrement la chose qui attire le plus dans la vie d'un astronaute : la gravité zéro. Il y a quelques semaines, j'ai en effet accompli un vol parabolique depuis Las Vegas. Cela m'a fait dépenser une petite fortune, et c'était relativement rapide : le programme se résumait à quinze paraboles produisant chacune vingt secondes d'apesanteur. Mais en réalité, je n'aurais pu mieux dépenser mon argent. Certains de mes amis ont été effaré que je débourse une telle somme pour ce précieux instant. Et il est certain que si l'on s'en tient à leur logique toute mathématique, cinq mille euros pour 330 secondes de vie, ça peut sembler aberrant. Mais cela représente d'après moi quelque chose de bien plus important que des objets de consommation. C'est une expérience qu'on ne vit qu'une seule fois dans sa vie, et qu'on n'oublie pas. Je n'oublierai jamais ce vol : je n'ai qu'à fermer les yeux pour me souvenir des sensations que j'ai éprouvées là-haut, de ce moment si particulier où j'ai senti mon corps s'envoler. En un sens, cette sensation inhabituelle s'est gravée dans mon esprit et dans mon corps. C'est sans doute son caractère si rare qui est à l'origine de cela : encore aujourd'hui, il y a quelque chose d'incroyable dans cette expérience d'apesanteur. Cette dernière ne peut se vivre que depuis le sol. Il aura fallu attendre nos premiers pas dans l'espace pour qu'on puisse enfin apprécier cette sensation inédite. Aucun animal, ni aucun des milliards d'humains ayant vécu avant ça n'avait jamais pu goûter à une sensation de ce type ! Et aujourd'hui encore, les particuliers qui y ont goûté forment un cercle restreint, compte tenu la population totale de la Terre ! Alors pour ma part, je considère plus comme un honneur que comme un gâchis d'avoir pu vivre ce moment ! Si vous souhaitez vous aussi découvrir à quoi ressemble la vie sans gravité, je vous mets en lien le site par lequel je suis passé ce vol en apesanteur !

apesanteur11

 

Posté par enprovince à 13:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 octobre 2016

Quand Anonymous déclare la guerre à Trump

Les activistes du mouvement Anonymous ont déclaré une "guerre sans merci" au candidat républicain à la présidentielle américaine, Donald Trump, rapporte le journal britannique The Independent. "Il est indispensable de hacker ses sites Web pour révéler au public ce qu'il cherche à dissimuler. Nous devons détruire sa campagne (préélectorale) et ternir sa réputation", déclarent les activistes dans une vidéo publiée sur YouTube. "Nous appelons tous ceux qui s'y connaissent en informatique à y prendre part. Ce n'est pas une mise en garde, mais une déclaration de guerre sans merci", soulignent-ils encore. Le 6 mars, les activistes du mouvement Anonymous ont déclaré qu'ils avaient forcé la messagerie de Donald Trump. Les hackers ont publié des messages datant de 2012. Les fichiers publiés étaient des messages des présentateurs de la chaîne américaine MSNBC Joe Scarborough et Mika Brzezinski, indique The Independent. Les présentateurs de MSNBC ont interviewé Donald Trump lors de la campagne électorale. Ces messages rendus publics ont éveillé des soupçons concernant l'impartialité des journalistes. Plus tard, Joe Scarborough a confirmé que ces messages étaient authentiques, ainsi que le fait que Donald Trump ait transféré de l'argent, en soulignant que ce n'était pas une tentative de soudoyer les journalistes. En décembre 2015, les hackers du mouvement Anonymous avaient déclaré la guerre à M.Trump pour ses déclarations sur la nécessité d'interdire aux musulmans l'entrée sur le territoire américain. Auparavant, Donald Trump s'était déclaré prêt à approfondir les relations avec la Russie. Saluant cette intention, le président russe Vladimir Poutine avait qualifié le candidat de "leader absolu du débat présidentiel". En retour, M.Trump avait avoué qu'il considérait comme un honneur les paroles du président russe, et avait confirmé la nécessité d'une coopération plus large entre les deux pays.

Posté par enprovince à 10:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,