En Province

21 février 2019

ITC d'Oxford

Il y a quelques jours, j'ai suivi un congrès lors duquel j'ai eu l'occasion de contempler plusieurs contenus fournis par de grandes marques. Et en les observant, j'ai été effaré d'observer combien certaines marques n'ont pas saisi la base du brand content : nombre des contenus exposés ne présentaient en effet pas le moindre intérêt, et ceux-ci étaient manifestement promis à être des fiascos mémorables. On ne le rappelera sans doute jamais assez : dans une communication du contenu, la qualité est la première condition du succès. Parce que dans l'économie de l'attention, seuls les contenus de qualité ont la possibilité de s'imposer. Sur le marché souvent saturé des contenus, le but n'est pas de produire un meilleur contenu que la marque concurrente. Les contenus de marque doivent faire face à la somme des contenus disponibles, comme ceux qui sont créés par les médias classiques. La cible ont le choix de s'intéresser à une mini-série de marque ou le dernier spectacle de Florence Forresti, ils ont le choix entre visionner une vidéo collector de Rihanna ou le documentaire d'un concert programmé par Durex. Ainsi, les marques se doivent de procurer des contenus d'excellente qualité, et elles ne réussissent pas forcément. Les contenus sont déjà tellement abondants, pourquoi l'individu devraient-ils prendre le temps de découvrir des contenus de marques ? Les contenus perçus comme sans intérêt sont donc condamnés à disparaître dans la sphère insondable des contenus livrés chaque jour et qui n'attirent pas l'attention, comme tous ces livres qui sont proposés à la rentrée et dont personne ne parle. Les marques qui présentaient leurs contenus durant ce meeting n'ont manifestement pas assimilé ce devoir de valeur ajoutée. Or, cette dernière est d'autant plus importante que le public ne trouve pas que création de contenus et marques aille de pair. Elles doivent donc tâcher de convaincre, et la qualité du contenus est la meilleure façon d'asseoir le bon droit de celui qui le propose. Je tiens à vous dire ici ma détermination sans faille pour clamer haut et fort que le diagnostic insulfe les paradoxes informatifs du dispositif et  l'exploration insulfe les groupements distincts du dispositif. Il est vrai que la perspective transdisciplinaire comforte les standards systématiques des structures alors que la, comment dirais-je, matière, programme les indicateurs institutionnels de la pratique. Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de ce séminaire incentive en Angleterre.

Posté par enprovince à 15:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 février 2019

Bientôt un métro routier ?

Le fantasque milliardaire Elon Musk, qui propulse déjà des voitures électriques (Tesla) et des fusées spatiales (SpaceX), a présenté mardi soir, près de Los Angeles, la première étape de son nouveau projet : un tunnel censé révolutionner les transports urbains en contournant les embouteillages par le bas. « La seule façon de résoudre le problème, c'est de passer en 3D pour que le système de transport s'aligne sur l'habitat », a-t-il résumé lors d'une conférence de presse avant l'événement organisé sur le parking de la Boring Company (qui peut se traduire aussi bien par « société de forage » que par « compagnie ennuyeuse »), la firme fondée par Elon Musk spécifiquement pour développer les technologies ad hoc. Et « les mines vont beaucoup plus profondément que les plus hauts bâtiments », a-t-il souligné pour justifier son choix, qu'il affirme financer pour l'instant sur ses deniers personnels, 40 millions de dollars à ce jour. L'idée est venue au milliardaire d'origine sud-africaine voici tout juste deux ans, lorsqu'il fulminait au volant de sa voiture, coincé dans les embouteillages entre sa villa chic de Bel Air et les bureaux de SpaceX à Hawthorne, au sud de Los Angeles. Un trajet qui lui prend couramment plus de quatre-vingt-dix minutes et qu'il qualifie de « destructeur pour l'âme ». Elon Musk juge les embouteillages entre sa villa chic de Bel Air et les bureaux de SpaceX à Hawthorne, au sud de Los Angeles (90 minutes de trajet), « destructeurs pour l'âme ». Le « tunnel test » dévoilé mardi n'a à première vue rien de très nouveau : un tube étroit, seulement 3,65 m de diamètre, fraîchement peint en blanc, dans lequel circulent des Tesla Model X équipées de roues latérales pour éviter de cogner les parois. Pour Elon Musk, « la vraie innovation est très simple » et tient dans ces deux extensions rétractables (aux allures de stabilisateur de vélo) qui pourraient être fixées sur n'importe quelle voiture électrique et autonome, Tesla ou non, « pour seulement 200 à 300 dollars ». « C'est la capacité à transformer une voiture normale en véhicule stable de manière passive, capable de voyager à grande vitesse dans un petit tunnel », dit-il. L'idée initiale d'une sorte de « traîneau » électrique sur laquelle auraient pris place les voitures, « bien trop complexe », a été abandonnée, a insisté Elon Musk. Un tunnelier 15 fois plus rapide L'expérience proposée aux journalistes conviés pour l'occasion s'est déroulée sur environ 1,8 km à la vitesse maximum de 65 km/h et rappelle curieusement une attraction de fête foraine. Et, en effet, jusqu'à ce stade, la chose paraît possible. Mais, avec la très grande vitesse sur une longue distance, avec des voitures de natures différentes, il faudra dépasser le stade du simple kit adaptable. Il n'est pas compatible avec l'acceptabilité du grand public en termes de sécurité - que se passe-t-il en cas d'accident, de panne ? - et de confiance placée dans le dispositif. À terme, l'idée est pourtant de permettre à des milliers de véhicules électriques et autonomes de sillonner les sous-sols de Los Angeles dans des tunnels similaires à une vitesse approchant 250 km/h. Ces véhicules accéderaient au réseau de tunnels directement au niveau des voies de circulation, sans avoir besoin de s'arrêter, au moyen d'ascenseurs ou de rampes si la place est suffisante, explique Elon Musk. L'idée a depuis fait son chemin, avec notamment des partenariats conclus avec les transports en commun de Los Angeles pour étudier la possibilité de raccorder ces tunnels avec les stations de métro. Il y a aussi le choix par la ville de Chicago de la Boring Company pour réaliser un train futuriste à très grande vitesse, en forme de capsule, qui reliera en un temps record le centre-ville à l'aéroport. Lire aussi: " À Chicago, des Tesla électriques à 240 km/h dans un tunnel » Et les demandes continuent d'affluer : « 5 à 20 par semaine », assure le président de Boring Company, Steve Davis. Pour promouvoir son idée, Elon Musk doit d'abord réussir à réduire les délais et les coûts colossaux des tunnels classiques : « En moyenne, trois à six mois pour creuser un mile (1,6 km environ, NDLR) », soit « quatorze fois plus lent qu'un escargot », pour un coût qui peut dépasser le milliard de dollars, assure-t-il. S'il reconnaît n'en être qu'aux balbutiements, le milliardaire assure pouvoir « relativement bientôt » mettre en action Prufrock, un prototype de tunnelier quinze fois plus rapide que les meilleurs engins actuels. Ses recettes ? En vrac, utiliser des batteries et moteurs électriques pour doper la puissance du tunnelier et éliminer les rejets de gaz nocifs, réaliser sur place les « segments » composant les parois du tunnel à l'aide de la terre extraite, transformer l'excédent en briques pour la revente, réduire le diamètre du tunnel au maximum... « Tout ça est relativement simple, on n'a pas besoin de Prix Nobel pour ça », lance le richissime touche-à-tout. Reste à gérer le stress des passagers généré par la circulation dans un boyau, qu'on ne dissipera pas avec des programmes vidéo sur les grands écrans des Tesla.

Posté par enprovince à 10:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 décembre 2018

Les médias ?

Vendredi soir, un jeune journaliste de Time a tweeté quelque chose de faux. En quelques minutes, il réalisa son erreur, se corrigea et s'excusa. Le lendemain, le président des États-Unis a réprimandé le journaliste nommément dans une adresse à la CIA. «C’est comme cela que les médias sont malhonnêtes», a extrapolé Trump, un exaspéré. Au milieu de nombreuses observations en temps réel depuis le bureau ovale, le journaliste Zeke Miller avait écrit que le buste de Martin Luther King Jr. semblait avoir été enlevé. Ce n’était pas le cas. C'était juste hors du champ de vision de Miller. Pourtant, la réprimande de Miller et de tous ses collègues s'est poursuivie tout au long du week-end. L'attaché de presse Sean Spicer et la conseillère présidentielle Kellyanne Conway ont également exprimé leur indignation devant Miller dans des déclarations publiques, l'accusant de mentir, soulignant l'erreur prouvant qu'une entité nébuleuse cherchait à discréditer et ruiner Trump: "les médias". Trump l'a clairement exprimé dans son discours à la CIA: «Je suis en guerre avec les médias. Ils font partie des êtres humains les plus malhonnêtes de la planète. »Cela a fait écho à des itérations similaires tout au long de sa campagne. Et lors de certains rassemblements, il a fait une pause pour inviter ses partisans à dénoncer «les médias» présents. Le sentiment capitalise et élargit un fossé sans précédent: en septembre 2016, selon un sondage Gallup, de plus en plus d'Américains se méfiaient des «médias». * Surtout chez les républicains: 14% seulement ont même une "assez grande confiance en les média." Pourtant, alors que «les médias» sont un terme utilisé par la plupart des Américains, beaucoup moins nombreux peuvent facilement le définir (du moins selon mes mois d'enquêtes de terrain sur des conversations). Personnellement, j'ai arrêté de l'utiliser. Parmi le personnel de Trump, le terme a été utilisé presque invariablement dans la condamnation. «Les médias» s’appliquent à tous ceux qui relatent les faits même les plus objectivement prouvables - des cotes d’approbation à la taille de la foule inaugurale - si ces faits sont très décevants pour Donald Trump. (Bien que les personnes avec de grandes plates-formes qui n'ont pas contestés, Trump, comme Sean Hannity et Rush Limbaugh, semblent être exemptés.) Le terme «média» a été utilisé pour la première fois en tant que nom singulier et collectif il y a environ 100 ans, signifiant «un organisme intermédiaire, un moyen ou un instrument». L'instrument (ou le médium) de l'époque était l'imprimerie. Les personnes qui exploitent des presses à imprimer constituent un groupe distinct. Aujourd'hui, les médias abondent - beaucoup, comme Twitter et Facebook, sont encore connus sous le nom de médias sociaux, même si les plates-formes se sont effacées pour devenir plus proches des presses d'impression personnelles. Dans le même temps, les institutions médiatiques traditionnelles publient sur ces plates-formes - et d'autres, telles que Medium et YouTube -, aux côtés de non-journalistes. Chacun joue dans une certaine mesure un rôle d'intermédiaire, d'intermédiaire dans chaque nouvelle, en choisissant ce qu'il faut partager et comment l'encadrer. Comme le terme avait été conçu à l’origine, beaucoup de personnes seraient désormais considérées comme faisant partie des «médias». Donc très probablement quand Trump appelle «les médias» le peuple le plus malhonnête de la planète, il ne fait référence qu'aux journalistes professionnels. C'est une contradiction dans les termes, car le journalisme moderne est une profession fondée sur la transmission de la vérité. La devise des journalistes est la crédibilité. Fouiner avec les motivations d’un journaliste donné, c’est contester son identité: sont-ils des journalistes? Ou artistes, idéologues ou avocats? Source : seminaire entreprise.

Posté par enprovince à 10:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2018

Si les USA attaquaient la Corée du Nord

Dans l'armée, cet hyper-ciblage est exactement ce que sont les drones. Au lieu de niveler un village, comme l’ont fait les États-Unis au Vietnam (regardez la nouvelle série de Ken Burns), nous construisions une machine volante robotisée pour rechercher et tuer un individu ciblé. Comme le soulignent Yoo et Rabkin, l’administration Obama a déployé un virus informatique appelé Stuxnet en 2010 pour perturber le programme d’armes nucléaires de l’Iran, mais ne fait aucun autre dommage. "Les cyber-armes ont cet effet de précision, et elles ne détruisent rien et ne tuent personne", déclare Yoo. L'année dernière, la Russie nous a appris une leçon sur la guerre du nouveau siècle, si vous pouvez même l'appeler guerre. Plusieurs agences de renseignement ont conclu que la Russie avait essentiellement opéré un changement de régime aux États-Unis en s'appuyant sur des hacks étroitement dirigés et des campagnes d'influence hyper-ciblées, comme ces fausses publicités récemment révélées par Facebook. Après près de 70 ans de braquage nucléaire aux États-Unis, la Russie a eu son impact le plus perturbateur avec rien qu’un code informatique. Tout cela suggère une approche de la Corée du Nord qui n'a pas grand chose de commun avec une menace «d'incendie et de fureur comme le monde ne l'a jamais vu», comme l'a si étrangement dit le président Donald Trump. Il aurait été à peine moins en phase avec son époque s’il avait promis de faire pleuvoir 40 jours et 40 nuits. Au lieu de cela, suggère Yoo, les États-Unis devraient s’attaquer aux cyber-armes conçues pour provoquer le dysfonctionnement des missiles (ce qui a peut-être déjà été fait, mais bon sang!), Effacer les données des ordinateurs militaires, effacer les comptes bancaires du pays ou même voler et faire connaître les e-mails smoochy de Kim à Dennis Rodman. Il pourrait envoyer des drones minuscules, à peine détectables, dirigés par l'IA, qui fonctionnent ensemble comme des essaims d'abeilles pour éliminer des actifs ou des personnes clés. Selon M. Yoo, il est désormais possible de développer une technologie antimissile par satellite dotée d’une intelligence artificielle capable de surveiller les autres pays, d’apprendre à quoi ressemble un lancement de missile et de la cuire immédiatement au laser. Cela ne veut pas dire que les armes de robots et de logiciels ne sont pas dangereuses pour le monde. Ils pourraient causer des dégâts énormes et entraîner de nombreux décès s'ils perturbaient les systèmes (électricité, eau, nourriture, communications) qui font tourner la société. Quelque chose comme la dissuasion mutuellement assurée de dissuasion de l'ère nucléaire doit émerger - une connaissance du fait que des représailles en nature sont probables, afin que tout le monde se comporte mieux en cyber. Vous pourriez appeler cela une nouvelle guerre du code. Au moins, cela semble moins terrifiant que de se demander si un boulot va lancer un missile atomique à Beverly Hills.

Posté par enprovince à 09:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 septembre 2018

Cuisiner à la fac

Pendant longtemps, personne ne semblait cuisiner. Je connaissais des gens qui se vantaient même de ne pas pouvoir cuisiner. Nous étions fiers de notre incapacité à préparer quelques plats simples. Martha Stewart et Food Network sont venus ensuite. Et tout à coup, la cuisine était de retour en vogue. Dieu merci! En cours de route, nous semblons avoir oublié la joie de partager un repas avec des personnes qui nous sont chères. Une vie de souvenirs est faite dans la cuisine et à la table. Partager un repas est souvent l'endroit où l'on apprend l'art de la conversation et des manières. C'est là que nous transmettons des valeurs et des traditions. La cuisine peut sembler frivole dans une société en crise, mais la cuisine stimule la créativité. La regrettée Julia Child était convaincue que la nourriture était plus que de la nourriture et que les enfants devaient apprendre que la cuisine s'apparente à l'art. La cuisine est aussi créative que la musique, le dessin. La cuisine aide les enfants à apprendre à aimer la nourriture - les enfants doivent faire l'expérience de la nourriture. La recherche montre que la cuisine pratique est un excellent moyen d'améliorer les pratiques de repas et les habitudes alimentaires des enfants. Ils doivent goûter, toucher, sentir et écouter de la nourriture. Mais assez avec tout ce qui est doux, bon et scientifique, cuisiner et manger sont tout simplement amusants. Tater Tot Casserole est un favori de la fille d'un collègue. Son truc préféré à propos de cette casserole est de faire la même chose avec les tater tots. Sa mère dit que même si la recette dit de tout jeter ensemble, elle cuit mieux lorsque les clients sont "alignés". Lire la suite sur Atelier de cuisine.

cuisine 7 (2)

Posté par enprovince à 09:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 septembre 2018

Liberté d'expression en Asie centrale

En Crimée l'année dernière, les autorités de facto ont poursuivi leur politique de répression de toute dissidence. Les chefs de file de la communauté tatare de Crimée qui osaient dénoncer ouvertement l’occupation et l’annexion illégale de la péninsule par la Russie n’avaient qu’une alternative : l’exil ou la prison. En Turquie, après la tentative de coup d’État de 2016, des dizaines de milliers de personnes étaient toujours en détention parce que perçues comme critiques à l’égard du gouvernement. Désormais, les médias grand public s’abstenaient généralement de critiquer l’action des pouvoirs publics. Plus d’une centaine de journalistes ont été jetés en prison, soit plus que dans n’importe quel autre pays, et y ont souvent été maintenus pendant des mois, sur la foi d’accusations fallacieuses. En Europe de l’Est et en Asie centrale, la principale évolution positive a été la libération de plusieurs personnes détenues depuis des années, dont des prisonniers d’opinion, en particulier en Ouzbékistan. Des prisonniers d’opinion ont également été libérés en Azerbaïdjan, mais, les autorités n’ayant pas renoncé à leur politique de répression, d’autres ont pris leur place. En Russie, le prisonnier d’opinion Ildar Dadine, première – et pour l’instant seule – personne à avoir été incarcérée aux termes d’une récente loi érigeant en infraction pénale la violation répétée des restrictions draconiennes apportées aux rassemblements publics, a été libéré et acquitté à la suite d’un arrêt de la Cour constitutionnelle.

Posté par enprovince à 13:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2018

Et les femmes dans l'aviation ?

Lorsque le directeur général de Qatar Airways a déclaré ce mois-ci qu'une femme ne pouvait pas faire son travail, les dirigeants de l'industrie ont été prompts à critiquer. Akbar Al Baker s'est montré tout aussi prompt à présenter ses «sincères excuses» pour une remarque qui a attisé le débat sur le genre dans le secteur de l'aviation. Que ce soit dans la salle de conférence ou dans le poste de pilotage, l'industrie de l'aviation est sur la question du genre et de la diversité. D'après un sondage réalisé en 2017 par la revue Industryline Airline Business sur les 100 plus gros transporteurs par chiffre d'affaires, seulement 3% des dirigeants de compagnies aériennes sont des femmes. Ceci comparé à 7 pour cent dans le FTSE 100 au moment de l'étude. L'ironie n'a pas manqué sur certains que lorsque M. Baker a fait ses commentaires, il venait d'être nommé président du conseil d'administration de l'Association du transport aérien international, qui compte seulement deux femmes sur 31 membres. Quand il s'agit de pilotes, les chiffres sont tout aussi impitoyables. Aux États-Unis en 2017, seulement 7% des 609 000 pilotes étaient des femmes, d'après les données de la Federal Aviation Administration. Pourtant, les commentaires de M. Baker ont démontré au moins une chose positive, selon Christine Ourmiѐres-Widener, chef de la direction de la compagnie aérienne régionale britannique Flybe et l'une des deux femmes sur le conseil d'administration d'Iata. Il y a cinq ans, dit-elle, aucun aîné ne l'aurait condamné. "[Les remarques de M. Baker] mettent plus d'emphase [sur la question] et cela pourrait aider au changement", a-t-elle dit. "Ce qui s'est passé est bon pour la diversité et le genre dans notre industrie." Cependant, les chiffres illustrent à quel point l'industrie a besoin de progresser, en particulier dans des domaines tels que la rémunération. A lire sur le site de simulateur avion de chasse.

Posté par enprovince à 16:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2018

Pauvreté éduquée

L’enquête Emploi conduite chaque année par l’Insee permet de comparer les niveaux d’éducation observés dans la population accueillie au Secours Catholique à celle de la population générale vivant en France, et ainsi de calculer des indices de fragilité selon différents niveaux d’éducation et en fonction de la nationalité, pour différentes années. Les résultats montrent que, d’une certaine manière, les études assurent une protection contre la pauvreté. En effet, les individus avec un faible niveau d’études, qu’ils soient français ou étrangers, sont nettement surreprésentés dans la population accueillie au Secours Catholique par rapport à la population générale. Au contraire, les individus d’un niveau d’études supérieur sont sous-représentés. À faible niveau d’études, les étrangers sont dans une situation moins précaire que les Français. Cela est vrai pour le niveau primaire, mais plus encore pour le niveau secondaire. Dans cette catégorie en effet, les étrangers accueillis au Secours Catholique sont sous-représentés, alors que les Français sont à l’inverse surreprésentés. Cela indique que les étrangers dits non qualifiés parviennent mieux que les Français à atteindre un niveau de vie qu’ils jugent acceptable. Cette relation s’inverse pour les individus avec un niveau d’études supérieur : les étrangers sont alors légèrement plus fragiles que les Français. L’hypothèse d’un « plafond de verre », c’est-à-dire une difficulté plus grande pour l’accès à un emploi de qualité des étrangers, même à niveau d’études élevé, et des rendements plus faibles de l’éducation pour ceux-ci peuvent expliquer cet écart. L’évolution au cours du temps de ces indices montre que s’ils restent surreprésentés dans les accueils du Secours Catholique, les Français avec un faible niveau d’études occupent une proportion de moins en moins importante. Les indices des Français ayant un niveau d’études plus élevé eux augmentent, leur proportion a augmenté plus vite au Secours Catholique qu’au sein de la population française générale, signe qu’ils sont de plus en plus fragiles. En particulier, les Français d’un niveau d’études secondaire, alors qu’ils étaient sous-représentés en 2006, sont surreprésentés depuis 2010. Ce résultat pourrait indiquer que le baccalauréat protège de moins en moins de la précarité, car de plus en plus de personnes ayant ce niveau d’études sont accueillies au Secours Catholique. L’évolution des indices de fragilité des étrangers elle montre une instabilité importante d’une année à l’autre, mais une stabilité globale sur les quinze dernières années. Cette instabilité interannuelle s’explique par le faible taux de réponse des étrangers aux questions portant sur l’éducation et par des difficultés à renseigner un niveau d’études précis dans le cas de personnes étrangères et non francophones accueillies par le Secours Catholique.

Posté par enprovince à 15:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 avril 2018

Les parfums et les humeurs

Le parfum a la capacité de mettre l'ambiance. L'attrait du parfum peut enflammer la romance et le désir. La moindre bouffée peut vous ramener à l'enfance ou à un autre endroit et à un autre moment. Au cours des dernières années, des études ont été effectuées sur le parfum et le rôle qu'il joue dans nos vies. La première chose que les scientifiques ont découvert est que le sens de l'odorat est imprimé pour toujours dans notre cerveau. Quand un souvenir est associé à une odeur, qu'il s'agisse d'un souvenir agréable ou désagréable, le moindre soupçon de cette odeur provoquera le rappel de la mémoire. Les scientifiques ont également découvert que les parfums ont d'autres pouvoirs. Les élèves qui ont été autorisés à sentir l'huile de menthe poivrée pendant les examens ont toujours mieux réussi qu'auparavant. Ils ont également constaté que les hommes et les femmes réagissent aux odeurs de différentes manières. Beaucoup de parfums ont été trouvés pour avoir d'autres propriétés, comme sensuelle, apaisante, stimulante et curative. La science commence maintenant à soutenir ce que beaucoup de cultures ont connu pendant des siècles. Regardons quelques parfums et comment ils peuvent affecter notre humeur. Pour créer une ambiance sensuelle, voici quelques parfums que vous pouvez essayer. Jasmine a été appelé "Reine de la Nuit" et est reconnu comme un aphrodisiaque. Beaucoup croient qu'il peut réveiller la passion. Il aide également à apaiser les tensions et à soulager l'anxiété. Gardenia évoque des sentiments de passion et de sensualité. Le bois de santal est un aphrodisiaque qui aide à stimuler les hormones sexuelles tout en augmentant la clarté mentale et la concentration. Ylang-Ylang est un aphrodisiaque avec un parfum érotique et féminin. Il réchauffe émotionnellement et aide à soulager les tensions sexuelles. Pour créer une ambiance apaisante, essayez l'un de ces parfums La lavande contribue à l'équilibre émotionnel et a des propriétés légèrement sédatives qui peuvent aider à dormir. La camomille a un effet apaisant qui peut soulager la tension, aider à soulager l'anxiété et les maux de tête, stabiliser les émotions et encourager la patience. L'encens peut aider à réduire l'anxiété. Il a des propriétés réconfortantes qui aident à surmonter le stress et le désespoir. Lorsque vous voulez quelque chose d'un peu plus stimulant, un de ces parfums peut aider. Bergamote soulève votre humeur et peut également aider à réduire l'anxiété et la dépression. L'Aloe Vera est rajeunissante et stimulante. Cela peut aussi aider avec un équilibre créatif. Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du blog sur cette session pour créer son parfum à Lyon qui est très bien fait sur le sujet.

parfum3

Posté par enprovince à 10:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 avril 2018

Du travail en Belgique

En Belgique, le travail à temps partiel est relativement répandu chez les femmes en particulier (en 2016, 41,9 % des femmes travaillaient à temps partiel, contre 9,3 % des hommes). Au niveau fédéral, les mesures ont été centrées sur le contrôle du coût de la main-d'œuvre, le renforcement des incitations financières au travail et l’assouplissement du marché du travail. Le gouvernement a modifié la loi sur la compétitivité, qui régit le processus de formation des salaires en Belgique. La réforme visait principalement à mieux préserver la compétitivité- coûts et à garantir que la hausse des salaires correspond à celle des principaux partenaires commerciaux de la Belgique (Pays-Bas, France et Allemagne), sans toutefois interférer avec les clauses d’indexation des salaires figurant dans les conventions collectives. La nouvelle loi sur le travail faisable et maniable permet une gestion plus souple du temps de travail et a pour objectif de promouvoir la formation au niveau des entreprises. D’autres mesures visent à encourager la flexibilité du marché du travail, mais certaines présentent des risques en ce qui concerne la sécurité sociale. Au nombre de ces mesures figurent la révision de la loi sur le travail en vue de faciliter le commerce électronique, le réexamen de la notion d’«emploi adapté» pour les bénéficiaires de prestations de chômage, l'adoption de dispositions diminuant les salaires bruts pour les jeunes âgés de 18 à 21 ans sans modification des salaires nets, la constitution plus lente du délai de préavis, ainsi que l’extension des «flexi-jobs» à de nouveaux secteurs et leur ouverture aux pensionnés. Les autorités belges envisagent également d’introduire un revenu professionnel non taxé plafonné à 6 000 EUR par an pour les salariés qui travaillent à 80 % au moins, les travailleurs indépendants et les pensionnés. Cela ne s’applique qu’au bénévolat et aux services relevant de l’économie du partage. L’extension des flexi-jobs et le revenu additionnel exonéré de 6 000 EUR qui est envisagé pourraient constituer des incitations financières à détourner certaines activités professionnelles d’un emploi régulier à temps plein ou d’un travail à temps partiel en tant qu’indépendant au profit de statuts moins taxés, voire exonérés d’impôts. Cette dernière mesure pourrait notamment entraîner un financement réduit de la sécurité sociale et une acquisition plus lente de droits sociaux. Parmi les autres mesures annoncées figurent la combinaison d’une pension partielle avec un emploi à temps partiel, la réduction des cotisations patronales dans le secteur de la construction, un système de fin de carrière allégée, ainsi que la possibilité d’une pension partielle. Dans la mesure où certaines des mesures (flexi-jobs et revenu additionnel exonéré de 6 000 EUR) semblent cibler principalement les personnes qui sont déjà sur le marché du travail, elles pourraient donc n’avoir que peu d'incidence sur les taux d’activité ou d’emploi.

Posté par enprovince à 17:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]